Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une heure, le docteur est revenu de sa mission.

C’est tout un complot contre vous, m’a-t-il dit. J’ai trouvé chez Groutchnitski le capitaine de dragons et un autre monsieur dont je ne connais pas la famille. Je m’étais arrêté un instant dans l’antichambre pour ôter mes socques, et j’ai entendu à l’intérieur un grand bruit. On se disputait :

« Non ! je ne consentirai point à cela, disait Groutchnitski. Il m’a insulté en public et c’est tout autre chose !

— Quelle affaire pour toi ! lui a répondu le capitaine ; je prends tout sur moi ; j’ai été second dans cinq duels et je sais comment tout cela s’arrange. J’ai tout prévu. Je t’en prie, laisse-moi faire ; ce n’est pas un mal que de l’effrayer un peu. Et du reste, pourquoi s’exposer à un danger, quand on peut l’éviter ?

Sur cela je suis entré, et soudain tous se sont tus. Nos explications ont duré assez longtemps. Enfin nous avons arrangé les choses de la manière suivante : À cinq verstes d’ici se trouve une gorge impraticable ; ils s’y rendent demain à quatre heures du matin et nous partirons une demi-heure après eux. Vous ferez feu à six pas ; Groutchnitski l’a demandé lui-même ; s’il arrive