Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cela, dans une maison comme il faut. Grâce à Dieu, je n’ai pas de fille ! Mais elle vous récompensera, celle pour qui vous risquez votre vie. Soyez sûr de ma discrétion tant qu’il le faudra, a-t-il ajouté, j’ai été jeune moi-même et j’ai servi dans l’armée. Je sais que je n’ai pas à me mêler de cette affaire. Adieu ! »

Le malheureux ! il se réjouit de ce qu’il n’a pas de fille…

Je suis allé droit chez Verner ; je l’ai trouvé chez lui et lui ai tout raconté : mes relations avec Viéra et avec la jeune princesse et aussi la conversation qui, par hasard, m’avait appris l’intention de ces messieurs de me tourner en ridicule en nous faisant tirer, l’un sur l’autre, avec des cartouches sans balles. Mais à présent la chose a dépassé les limites de la plaisanterie, et sûrement ils ne s’attendaient pas à ce dénouement.

Le docteur a consenti à être mon second ; je lui ai donné quelques instructions sur les conditions du duel. Il devra presser les choses, afin qu’elles restent aussi secrètes que possible ; car si je suis prêt à affronter la mort, je suis aussi peu disposé à nuire à mon avenir dans ce monde.

Après cela je suis rentré chez moi. Au bout