Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un homme s’est montré venant, Dieu sait d’où. Ce n’est pas de la fenêtre, dans tous les cas, car elle ne s’est pas ouverte et il a dû sortir par la porte, vitrée qui est derrière la colonne. Enfin, je vous l’assure, nous avons vu sortir quelqu’un sur le balcon… Quelle jeune fille ! Voilà bien les jeunes personnes de Moscou ! Après cela, à qui croire ?… nous avons voulu le prendre, mais il s’est arraché de nos bras et a filé comme un lièvre entre les massifs. C’est alors que j’ai tiré sur lui.

Autour de Groutchnitski s’est élevé un murmure d’incrédulité.

Vous ne le croyez pas ? a-t-il continué, je vous donne ma parole d’honneur la plus sacrée que tout cela n’est que l’exacte vérité, et pour preuve si vous le permettez. Je vous nommerai le monsieur.

— Nommez-le ! Nommez-le ! Qui est-ce ? s’est-on écrié de tous côtés.

— Petchorin ! a répondu Groutchnitski. »

À ce moment il a levé les yeux ; j’étais sur la porte en face de lui. Il a rougi très fort ; je me suis approché de lui et lui ai dit lentement et distinctement ceci :

— Je regrette beaucoup d’être entré après que vous ayez eu donné votre parole d’honneur pour