Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gardes. Ici, aux eaux, l’air est dangereux. Combien j’ai vu de magnifiques jeunes hommes dignes d’un meilleur sort, partir d’ici pour aller droit à l’autel. Moi aussi, le croiriez-vous ? ils ont voulu me marier ; et surtout une maman de province dont la fille était très pâle ; j’avais eu le malheur de lui dire que les couleurs de son visage lui reviendraient après le mariage. Alors, avec des larmes de reconnaissance elle me proposa la main de sa fille et toute sa fortune : cinquante paysans environ[1]. Mais je lui répondis que j’étais incapable de faire un mari. »

Verner s’en est allé bien persuadé qu’il m’avait prévenu. De ses paroles j’ai déduit ceci : que déjà il court dans la ville sur la princesse et moi divers bruits méchants. Cela ne profitera pas impunément à Groutchnitski.




18 Juin.


Voilà déjà trois jours que je suis à Kislovodsk. Chaque jour je vois Viéra au puits et à la promenade. Le matin, en me réveillant, je me mets à la

  1. Avant l’affranchissement des serfs, on évaluait ainsi les fortunes en Russie.