Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais si je ne l’aime pas ?

— Alors pourquoi la poursuivre, la troubler, et agiter son imagination ? Oh ! je te connais bien ! Écoute, si tu veux que je te croie, viens dans une semaine à Kislovodsk ; après-demain nous allons nous y fixer ; la princesse reste ici plus longtemps. Trouve un logement tout à côté de nous ; nous demeurerons dans une grande maison près de la source. En bas doit habiter la princesse Ligowska ; mais à côté est une maison du même propriétaire, qui est pareille à la nôtre et n’est pas encore occupée.

— Viendras-tu ? »

Je le lui ai promis et aujourd’hui même j’ai envoyé arrêter le logement.

Groutchnitski est venu chez moi à six heures et m’a annoncé que son uniforme serait prêt pour le bal.

— Je pourrai enfin danser avec elle toute la soirée, et comme nous causerons ! a-t-il ajouté.

— À quand le bal ?

— Mais demain. Est-ce que tu ne le sais pas ? C’est une grande fête, et l’autorité du lieu s’est chargée elle-même de la préparer.

— Allons au boulevard.