Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ces dames sont parties et moi je suis allé souper et ai rencontré Verner.

« Ah ! m’a-t-il dit : C’est ainsi que vous êtes ? Vous ne vouliez faire connaissance avec la princesse que dans le cas où vous auriez à la sauver d’une mort certaine ?

—Et j’ai fait mieux ! lui ai-je répondu ; je l’ai sauvée d’un évanouissement en plein bal !

— Comment donc ? racontez-moi cela ?

Devinez ! vous qui devinez tout en ce monde !




30 Mai.


Vers les sept heures du soir, je suis allé me promener sur le boulevard. Groutchnitski m’a aperçu de loin et est venu à moi. Une joie railleuse brillait dans son regard. Il m’a serré là main fortement et m’a dit d’une voix tragique :

« Je te remercie Petchorin ; me comprends-tu ?

— Non ! Je ne sais ce qui me vaut ton remerciement ; je ne me rappelle pas réellement t’avoir rendu quelque service.