Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle m’a regardé fixement, tâchant de se souvenir ; puis elle a rougi de nouveau légèrement et enfin a prononcé : décidément tous ?…

— Mon ami Groutchnitski aussi ?

— Ah ! il est votre ami ? a-t-elle dit, en montrant quelque doute.

— Oui. »

— Il n’est pas, en effet, dans la catégorie des ennuyeux.

— Mais alors il est dans celle des malheureux ? lui ai-je dit en plaisantant.

— Sans doute ! mais vous êtes un moqueur ! Je voudrais bien que vous fussiez à sa place.

— Pourquoi ? mais j’ai été moi-même sous-officier autrefois et c’est là le meilleur temps de ma vie.

— Mais est-ce qu’il est sous-officier ? a-t-elle dit vivement ; puis elle a ajouté : mais je croyais…

— Que croyez-vous ?

— Rien !… Quelle est cette dame ? »

La conversation a alors changé de direction et nous ne sommes plus revenus sur tout cela.

Enfin la mazurka a fini et nous nous sommes séparés en nous disant au revoir.