Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mère et a pu débiter quelques compliments à sa fille. Elle n’est pas évidemment très difficile, car depuis lors elle répond à ses salutations par un sourire fort aimable.

— Tu ne veux décidément pas faire connaissance avec les dames Ligowska ? m’a-t-il dit hier.

— Non, décidément !

— C’est cependant la maison la plus agréable des eaux ! et l’on y trouve la meilleure société !

— Mon cher, la société m’ennuie affreusement ici. Mais toi, vas-tu chez elles ?

— Pas encore ! J’ai causé deux fois avec la jeune princesse, pas davantage. Tu sais qu’il est gênant de se présenter soi-même dans une maison où l’on n’est pas connu, c’est en dehors des usages. Ce serait une autre affaire si j’avais des épaulettes…

— Pardon ! mais tu es ainsi bien plus intéressant vraiment ! Tu ne sais pas profiter des avantages de ta situation. Ton manteau de soldat fait de toi aux yeux d’une jeune fille sentimentale, un héros et un martyr.

Groutchnitski m’a envoyé un sourire de contentement.