Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— La seconde idée ? la voici : J’ai envie de vous faire raconter quelque chose ; premièrement parce que écouter est moins fatigant ; secondement parce qu’ainsi on ne risque pas d’être indiscret ; troisièmement parce que l’on peut apprendre ainsi les secrets d’autrui ; quatrièmement parce que les hommes d’esprit comme vous, aiment mieux les auditeurs que les conteurs. Maintenant, à votre tour ! Que vous a dit de moi la mère de la princesse Ligowska ?

— Êtes-vous certain que ce soit la mère qui m’ait parlé de vous et non pas la fille ?

— Tout à fait certain.

— Pourquoi ?

— Parce que la jeune fille a demandé des renseignements sur Groutchnitski.

— Vous ayez véritablement le don de la divination. La jeune fille a dit qu’elle était persuadée que ce jeune homme en costume de soldat avait été remis dans cette position, à la suite d’un duel.

— Je pense que vous la laisserez dans cette agréable erreur ?

— Cela va sans dire !

— Il y a une intrigue ! me suis-je écrié avec