Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


, attendant l’effet des eaux. Parmi elles se trouvaient deux ou trois jolis visages ; sous quelques allées de vignes, abritées par le versant du Machouk, paraissaient et disparaissaient les chapeaux bariolés de celles qui aiment la solitude à deux, car j’ai remarqué toujours à côté de ces chapeaux quelques broderies militaires ou quelque affreux chapeau rond. Sur le rocher escarpé où s’élève un pavillon appelé la Harpe éolienne, se montraient ceux qui aiment les points de vue. Ils braquaient leurs télescopes sur l’Elborous ; et parmi eux on distinguait deux précepteurs avec leurs élèves, venus aux eaux pour se guérir des écrouelles.

Je me suis arrêté tout essoufflé au haut de la montagne, et, appuyé contre l’angle d’une petite maison, j’admirais les pittoresques environs, lorsque tout à coup, j’ai entendu derrière moi une voix connue :

« Tiens, Petchorin ! Depuis longtemps ici ? »

Je me suis retourné, c’était Groutchnitski ; nous nous sommes embrassés. J’avais fait sa connaissance pendant une de nos expéditions ; il avait été blessé par une balle à la jambe et était arrivé aux eaux une semaine avant moi.