Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait pris que la main lorsqu’il aurait voulu qu’on lui sautât au cou.

Il est triste de voir un jeune homme perdre les meilleurs de ses rêves et les meilleures de ses espérances alors que devant lui s’épanouissent les roses à travers lesquelles il aperçoit les choses et les sentiments de l’humanité. Et cependant il a au moins une espérance, c’est de pouvoir troquer les vieilles erreurs contre les nouvelles qui ne sont ni moins fugitives ni moins douces. Mais à l’âge de Maxime, comment les remplacer ? C’est involontairement que le cœur s’endurcit et que l’âme se ferme.

Je partis seul.


FIN DE MAXIME MAXIMITCH.