Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Est-ce qu’il n’a pas servi au Caucase ? dit Maxime en poussant des cris de joie, me tirant par la manche, et les yeux pleins de gaieté.

— Il y a servi en effet, je crois ; mais il n’y a pas longtemps que je suis avec lui.

— Est-ce bien Grégoire Alexandrovitch ?

— C’est bien ainsi qu’on le nomme !

— Sais-tu que nous étions bons amis avec ton maître, ajouta-t-il en frappant amicalement le laquais sur l’épaule, si bien qu’il le fit vaciller.

— Permettez, monsieur, vous m’interrompez dans ma besogne, dit celui-ci d’un air un peu renfrogné.

— Comment, mon cher ! sais-tu qu’avec ton maître nous étions intimes et que nous avons vécu ensemble ? Mais où est-il resté lui-même ?

Le domestique répondit que Petchorin s’était arrêté pour dîner et passer la nuit chez le colonel N…

— Ne viendra-t-il pas ici ce soir ? dit Maxime, ou bien n’iras-tu pas, mon cher, vers lui pour n’importe quoi ? Si tu y vas, dis-lui que Maxime Maximitch est ici, et qu’il le connaît déjà ; je te donnerai huit copeks de pourboire.

Le laquais fit une mine dédaigneuse, à