Page:Leprohon - Antoinette de Mirecourt ou Mariage secret et chagrins cachés, 1881.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Evelyn s’était levé brusquement, maïs avant qu’il pût parler, Antoinette avait instamment prié son mari de se taire.

Un orage tumultueux semblait se déchaîner chez ce dernier, mais il luttait évidemment contre lui-même pour le réprimer.

— Antoinette ! — dit-il enfin d’une voix que sa colère concentrée avait rendue rauque, — vous me rendrez compte de ceci.

Craignant de ne pouvoir plus se maîtriser, et comme effrayé de ce qu’il venait de dire, il se retira précipitamment, et on entendit aussitôt après le bruit de la porte qu’il retirait violemment sur lui.

Blanche comme la mort et tremblant de tous ses membres, Antoinette se renversa sur sa chaise pendant que le colonel disait d’un air sévère :

— C’est plutôt lui qui devrait être appelé à rendre compte de cette scène.

— Voilà exactement ce que je craignais ! continua la jeune femme en devenant plus pâle encore, si c’est possible. Ô colonel Evelyn ! vous allez probablement vous rencontrer dans une lutte à mort à cause de moi, et l’un de vous deux succombera peut-être.

— Il n’y a rien à craindre sous ce rapport, mademoiselle de Mirecourt, si je préfère que la chose en reste là. Le major Sternfield ne provoquera pas son commandant sans avoir pour cela une raison plus plausible que celle que j’ai pu lui donner.

— Ah ! vous ne pouvez pas me rassurer, car je sais