Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ses yeux ronds, devenus tout à coup très perçants, des yeux d’épervier qui tournoie au-dessus d’une proie ; et cette petite comédie de la facture n’ayant d’autre but que de la pousser à l’achat du mobilier, il lui fit une proposition :

— Voyons, mame Huriaux, n’vous chagrinez pas. C’est bien vrai que j’ai de gros paiements. Mais le père Malchair n’est pas un chien. Vous m’payerez 100 francs sur ma note au quinze du mois prochain et je vous laisserai du temps pour le reste. Seulement faudra prendre mon lit. Y a plus de dix personnes à qui j’ai refusé. J’voulais vous tenir parole. Na, est-ce gentil ?

Elle se crut sauvée, ne s’aperçut pas qu’elle s’engageait davantage, même remercia le marchand pour sa bonté. Malchair fit une grimace ambiguë. Ah ! oui, qu’il était bon, il ne savait rien refuser à ses clientes ; elle l’avait pour rien, son mobilier. Et, sur le point de rentrer dans sa boutique, il la rappela :

— Laissez-moi donc le petit compte, mame Huriaux. C’est pas la peine d’en commencer un nouveau, hein ?

Un brouillard gras, fumeux, était tombé sur les rues, toutes empouacrées de boue liquide dans la douceur de ce soir de dégel. Elle reprit le pavé qui la conduisait chez elle, inquiète de l’accueil que Huriaux ferait aux meubles, au fond heureuse de cette demi-violence de Malchair qui tout à coup l’obligeait à réaliser un désir toujours remis.



X



Pendant huit jours, Clarinette s’ingénia à des économies, se couchant immédiatement après le départ de Jacques pour épargner la chandelle, passant l’eau de la bouilloire sur le vieux marc jusqu’à trois fois, en une peur bleue de la dépense. Tout ce temps-là ils mangèrent des pommes de terre bouillies sans graisse ni beurre ou cuites sous la cendre, avec des chanteaux de pain sec.