Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Où est-il, ma sœur ? disait-il, pressé, soufflant d’un assez long bout de route fait à pied d’une halenée.

— Par ici, monsieur le docteur !

Il marcha droit au lit du blessé, l’interpella d’un : — Bonjour, vieux père, — goguenard et amical. Puis, apercevant là Clarinette et les autres debout près du chevet, il leur envoya une bourrade :

— Qu’est-ce que vous me fichez là, tas d’andouilles ? Tous hors d’ici !

— C’est m’papa, m’sieu le médecin. J’peux ben rester, gémit Clarinette.

— Quand ce serait ton galant ! Pas de femmes ici !

Il ne voulut garder auprès de lui que le Rouchat :

— Toi, demeure ! On aura peut-être besoin d’un coup de main.

Et la salle vidée, il inspectait la blessure, son torse épais ployé en deux, renifla fortement l’odeur qui montait du trou, ensuite se mit à détacher les lambeaux d’étoffe collés à la chair.

Alors Lerminia se débattit, en hurlant des noms de Dieu ! et Malardié, très calme, enjoignit au crocheteur de peser à deux mains sur la jambe valide, pour l’empêcher de ruer.

— Voyons, camarade, un petit moment de patience ! On n’a donc de courage que pour se soûler de péquet ?

Penché sur la plaie, il continua son examen, découvrit le col, à demi obstrué par des déchiquetures, observa que la cavité allait presque jusqu’à l’os près du grand trochanter ; et tout autour la peau lacérée, découpée en une infinité de lamelles, comme à coups de hache ressemblait à une bouillie noire, informe.

Lerminia maintenant adjurait le Rouchat :

— J’seu un homme ! Lâche-moi la jambe ! J’bougerai nin. Heu ! Heu !

— Lâche-le, commanda Malardié.

Il s’était redressé, tâtait le pouls, regardait la pâleur de la face, toute vidée de sang et couleur de plâtre séché sous son maquillage de houille. Et comme le patient, sa respiration suspendue, l’interrogeait d’un regard angoissé :

— T’as reçu un fichu coup, l’ami ! fit-il. Faut-il que t’aies été bête de te faire pincer comme ça, un passeur de ton âge !