Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poussée la refoula vers le fond. Mais dehors un cri monta. La rue s’ameutait à présent au bruit de tuerie et de pillage qui s’échappait de la maison ; des femmes, des voisines, surprises dans leur sommeil des dix heures, à leur tour réclamaient la police, tassées sur les trottoirs. Et soudain, la porte s’ouvrit large, à l’entrée du garde champêtre, sur cette nuit de la rue où tremblait une clarté de réverbère. Alors la bande, talonnée d’une panique, se jeta à travers les arrivants, bousculant les femmes, gagnant le large à toutes jambes, avec la conscience d’un mauvais tour qui pourrait leur en cuire, Gaudot et le Lapin entraînés dans la débandade des autres. Et il ne resta plus que la Rinette accourue sur le seuil, toute suante dans son débraillé, avec sa grosse poitrine à nu, et qui brandissait les poings du côté où ils avaient fui, en les insultant et les appelant par leurs noms.

Huriaux, pendant ce temps, brassait son four à l’usine. Ce jour-là, avant de quitter la maison, il avait eu une altercation violente avec Clarinette. Une somme, sur laquelle il comptait pour régler un arriéré chez Malchair, un peu plus de cent francs, avait été employée par elle à payer le boucher et l’épicier. Dès le matin la dispute avait commencé là-dessus. Il savait Malchair indisposé contre eux, alors qu’on eût obtenu un sursis des autres fournisseurs ; et il se désolait, la gourmandait de tout faire sans rien lui dire. Mais elle lui répliqua par son éternel argument : les affaires de la maison ne le regardaient pas ; il n’était lui, que la machine à suer de l’argent. Et petit à petit, les récriminations allant leur train, on avait gagné midi à se chamailler ; elle s’était emportée ; il l’avait battue, à bout de patience.

Plus que jamais, le ménage détraqué tombait à la grogne et aux coups, en attendant la dislocation finale. Toute sa patience, qu’il avait poussée si souvent jusqu’à la débonnaireté, n’empêchait plus le retour des scènes ; elle prenait un plaisir malin à l’attraper devant le monde, avec une satisfaction haineuse d’étaler les plaies de leur vie pour le confondre. Des jours entiers, elle roulait aux boutiques, traînait sur le pas de sa porte ou sur le seuil des voisines, à déblatérer contre lui, inventant des histoires, l’accusant de dissipations honteuses avec des filles. Et c’était chez Jacques, à