Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de registres et d’échantillons de fonte qui surchargeaient sa table :

— Ah çà ! dites-moi, qui vous croyez-vous donc ici ?

— Un homme qui vous juge, monsieur.

Dans le silence de la pièce, le mot tomba, du haut de sa conscience outragée, comme tombe une pierre dans un puits. Cependant Poncelet qui s’était piété, les bras croisés, avec un geste de tribune, pour l’apostropher de son quos ego, haussait les épaules, démonté par la tranquillité sévère avec laquelle l’ingénieur avait riposté.

— Une phrase ! persifla-t-il, en homme dédaigneux des formules déclamatoires.

Mais déjà la porte s’était refermée sans violence sur la retraite de Jamioul qui, dans le couloir, se retrouva soudainement maître de lui, de son visage du moins, car son âme demeura bouleversée.

C’était la guerre désormais : il le sentait ; toutefois, tant que Marescot serait là, personne ne lui prendrait son pain aux dents ; et l’avenir, de ce côté du moins, le laissait sans inquiétude. Mais une autre angoisse le travaillait. Tout vibrant encore de son choc contre la gérance, il pensait à cette menace de frapper l’ouvrier dans son salaire. Après les terribles épreuves dont celui-ci sortait à peine, l’inondation, la misère, le chômage forcé, la détermination du directeur lui semblait presque un crime, en raison des vagues et sourdes représailles qu’il y suspectait. Le pire, c’est que là Poncelet, chef sans partage des services, se trouvait sur un terrain où il n’était pas permis de le combattre. Jamioul, du reste, ignorait moins que personne la crise que traversait l’usine, parmi l’universelle souffrance de l’industrie sidérurgique ; il l’avait vue poindre à l’horizon, l’avait suivie dans ses développements et ses ramifications, a travers le malaise torpide qui partout alanguissait l’action du capital ; et comme les autres, comme les économistes, comme la presse, comme les députés de l’opposition, tous inutilement ligués pour signaler le mal et le conjurer, il avait reconnu l’impuissance des théories devant ce cas d’une grande exploitation marchant sous vapeur dans un fleuve sans eau. Au fond, Poncelet, en décrétant la réduction des salaires, mettrait simplement en pratique une des