Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


eu de longues conférences avec son personnel d’ingénieurs. Jamioul, se sentant appuyé par Marescot, s’était déclaré, lui, pour une très large répartition ; mais le service des pensions ne fonctionnant que depuis peu de temps, l’encaisse n’eût fourni qu’un minimum dérisoire ; et il défendit l’idée d’une intervention individuelle du conseil comme un droit pour l’ouvrier. Poncelet, au contraire, n’admettait cette intervention qu’à titre d’assistance purement facultative.

— Mais, monsieur, c’est un paradoxe, cela, exclama Jamioul. Les tribunaux seraient là pour nous prouver le contraire.

— Nous n’attendrons pas leur jugement, répliqua sèchement le directeur. Seulement je soutiens que l’ouvrier, en se louant pour un travail, encourt les risques et périls du travail pour lequel il se loue.

— Cependant s’il crève à la peine par un fait indépendant de sa volonté, si en mourant à notre service, il prive une famille de son seul soutien…

— Pardon, pardon, nous raisonnons, nous ne faisons pas du sentiment.

Et toujours il en revenait à son idée première qui était de se baser, pour l’évaluation des pensions, sur l’état de la caisse, sauf à faire voter par le conseil d’administration une allocation supplémentaire si des réclamations se produisaient. Il invoquait des précédents dans d’autres grands établissements, se retranchait derrière les sommes considérables qu’allaient coûter à l’exploitation les dommages-intérêts aux familles des morts et la remise en état des installations et du matériel. Une surexcitation excessive rendait, depuis l’accident, Poncelet difficilement traitable ; les nerfs sans cesse tendus, il brusquait les agents, les commis, les visiteurs, compromettant à ces rudesses inaccoutumées le renom de politesse et d’amabilité qui le distinguait de la plupart des autres maîtres de forges.

Pendant deux semaines, il s’était débattu parmi les chiffres. Impossible de le nier, la dernière année avait été terrible et l’exercice courant s’annonçait mal ; les stocks de plus en plus s’entassaient dans les magasins ; une stagnation générale entravait les