Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jamioul, naturellement, s’était empressé de répartir entre les familles frappées dans leur gagne-pain, les premiers mille francs. Mais, comme l’avait pensé Marescot lui-même, la somme s’était fondue dans un gouffre de désolations. Quand Clarinette apprit ces distributions d’argent, elle songea immédiatement à en tirer parti pour elle-même. Comme les autres parents, elle avait été autorisée à visiter Huriaux tous les jours une demi-heure, et pendant les six premiers jours, elle était venue chaque matin, se tenant assise au chevet du malade sans rien dire, indifférente au fond pour cet homme qu’elle avait cessé d’aimer. Gaudot, d’ailleurs, avait reparu aux Fanfares ; un soir même il avait amené avec lui Colonval ; et tous deux avaient battu ensemble une partie de piquet. Puis, Colonval parti, il était resté seul, on s’était quasi ramiché. Le grand Achille définitivement lui tenait au cœur ; ses anciens dédains avaient fini par irriter en elle une folle envie de le mater, de le prendre à ses appaux ; et sa rancune contre les gens de La Marcotte lui rendait à l’avance plus précieuse une conquête qui sonnerait la ruine de Patraque et de sa clique. C’est à cela qu’elle songeait, les yeux errants devant elle, quand, dans le silence assoupi de l’infirmerie, elle passait auprès de Jacques les courts instants de la visite, n’attendant point d’ailleurs, comme les autres femmes, que les sœurs l’invitassent à s’en aller, et filant toujours avant la fin de la demi-heure.

Un matin, comme elle arrivait, elle assista à une assez forte crise. Huriaux, enlacé à bras-le-corps par deux gardiens, luttait contre eux, les entraînant dans ses bonds désordonnés, manquant à tout bout de champ de leur échapper. Ses forces semblaient doublées ; par moments il se lançait de l’avant, ruait de la tête dans leur poitrine ; et la joue de l’un des hommes s’étant inopinément trouvée à proximité de sa bouche, il fit un mouvement comme pour lui happer le nez. Toute la lâcheté de Clarinette éclata alors ; elle s’imagina qu’ils allaient le lâcher, se mit entre la porte et le lit afin de pouvoir échapper à sa poursuite. Et très pâle, un tremblement aux lèvres, elle eût pris la fuite si elle n’avait été retenue par un reste de respect humain, devant les religieuses attentives. L’accès s’apaisa du reste assez rapidement : on recoucha Jacques et