Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leurs reins martyrisés pour leur éviter les froissements et les secousses. Puis Jamioul étendait sur eux des couvertures, donnait un ordre bref, et les convois partaient. Poncelet ayant quitté le laminoir pour aller surveiller l’infirmerie, il était demeuré avec Colet et Beru, les deux autres ingénieurs. Lui-même aidait les hommes à soulever les blessés, bourrelé d’une peine lourde, infinie, ne trouvant pas un mot à placer dans la controverse qui s’était élevée entre ses collègues au sujet des causes possibles de l’accident. Ses vieilles attaches avec le prolétaire se renouant, il se sentait, lui, l’auxiliaire et le bras droit de l’administration, presque complice, à cette heure, des détresses de toute nature qui oppriment l’ouvrier. Des rancunes grondaient en lui contre l’inégalité des chances qui toujours met du même côté la mort ; et il pensait aussi à l’éternelle hostilité de ce tragique monde noir des machines, complotant traîtreusement derrière leur apparente impassibilité le massacre et la destruction, comme des monstres animés de sournoises colères.

Tout à coup les travailleurs tumultuèrent dans le cercle des torches. Un gémissement sourd venait de les avertir qu’il y avait une vie d’homme enfouie sous un éboulement, prés des fours. Deux jambes s’apercevaient, sortant d’un enchevêtrement de pièces de fer et de bois, sans qu’on pût voir le corps, littéralement englouti sous une charge de briques. Au premier essai qui fut tenté pour dégager le pauvre diable enseveli, une oscillation fit bouger la masse empilée au-dessus de lui. Alors une panique s’empara des sauveteurs ; un mouvement mal combiné risquait de tout renverser et d’écraser net la victime sous le poids de l’écroulement ; et ils se regardaient, ne sachant par où entamer le déblaiement, consternés. Heureusement une poutrelle s’était mise en travers de l’énorme tas : tout le poids de l’échafaudage portait dessus, à l’endroit même où devait se trouver la tête. Et la même voix qu’on avait entendue se lamenter, de nouveau s’éleva caverneuse, comme venue du fond d’un puits :

— J’suis foutu si ça m’tombe dessus.

Un sursaut les prit : ils avaient reconnu l’homme.

— Simonard ! c’est Simonard, cria Huriaux, le premier.

On hêla du renfort. Bietlot appela Jamioul. D’un coup d’œil