Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nue jusqu’au ventre sous l’envolement des jupes, il se mit à lui claquer la chair avec ses battoirs, dans un emportement sauvage de jalousie. Elle poussa un hurlement de douleur, se pendit à ses cheveux qu’elle tira à poignées, s’interrompant de crier à l’aide pour lui cracher des injures. Mais il ne la lâchait pas, et elle finit par lui pointer de toute sa force les doigts dans les orbites. Huriaux, éborgné, eut un rugissement, tout de suite après se dressa sous le coup de fouet de l’intolérable souffrance qui lui emportait le crâne.

— Habie ! fous le camp ! souffla Capitte à Clarinette.

Cette rixe à la fin le grisait ; une roue lui tournait dans la tête ; et, comme pour l’achever, du corps brutalisé de la femme une odeur chaude de sueur montait, qui lui donnait l’envie de la posséder sur-le-champ. Un spasme s’étouffa dans sa gorge.

— Hé ! Hue ! rotte, publique !

Tout d’une fois elle se trouva debout. Les cheveux au vent, son chapeau lui battant le dos, elle se lança par la plaine du train d’une bête pourchassée par les taons, ses jupes dans la main pour fuir plus rapide, et butant, s’abattant, se relevant, talonnée d’une peur lâche qui lui sciait les chevilles sous elle. Et les oreilles bourdonnantes d’un bruit de galopée qu’elle croyait lancée après elle, la gorge sèche et brûlante, ses bas tombés sur ses bottines, elle dégringola le versant, ne s’arrêta que chez la cousine Zébédé dont la maisonnette joignait le pied de la montagne. Un pochon lui culottait l’œil droit, dans la chair turgide et bleue ; elle avait la balèvre crevée ; et son cou, en outre, largement écorché, s’ensanglantait d’une viscosité rouge où les cheveux collaient, poissés. Toute sa personne, d’ailleurs, semblait échappée à un massacre, le corsage déchiré, les épaules blettes et presque à nu, de la terre dans la bouche et les oreilles.

Le Crompire et sa moitié, également blêmes, la considéraient à la lueur de la chandelle, tournant autour d’elle avec des hochements de tête apitoyés, sans oser lui parler. À la fin elle parut se remettre, s’enquit si la porte était bien close, ingurgita d’une seule lampée un fond de genièvre que le cousin avait pris dans l’armoire. Puis elle leur conta qu’ils avaient eu une discussion dans la campagne, que Jacques l’avait rouée de coups, piétinée sous ses talons,