Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fois, échangea des brindes avec Jacques, poussa la magnificence jusqu’à offrir un verre de Champagne à Mme Huriaux. Mais au Culot on ne consommait de Champagne qu’en temps de ducasse. Malchair seul et le Panier d’or, le grand café en face de la station, en possédaient semainièrement. Et à la place, il accepta du punch qu’il fit flamber lui-même dans une assiette à soupe. Ensuite, comme il lui restait une heure avant de gagner le train, il demanda un jeu de cartes, exécuta différents tours, familiarisé de longue main avec cette basse prestidigitation qui, dans les villages, émerveillait les niquedouilles et les dondons et lui valait des succès de table d’hôte. Tout le monde, sauf Gaudot et sa clique, s’étant levé, un cercle de têtes curieuses petit à petit l’entourait.

— C’est-il Dieu possible ! s’exclamait Clarinette en frappant ses mains l’une dans l’autre, tandis que Huriaux, calme et réfléchi, se travaillait la cervelle à la recherche du truc. L’diable i n’ferait pon aut’ chose. Pou sûr, m’sieu Ginginet, vos’ êtes un sorcier !

Elle eût voulu que le village entier fût là pour jouir publiquement de la possession d’un tel homme, devant une foule pouvoir l’appeler son Nénest tout court. Les yeux brillants, elle mangeait ses gestes, l’admirait parler, et comme Gaudot et les autres, le dos tourné, ricanants, s’obstinaient dans une attitude hostile, elle commit la sottise de les relancer, leur jeta du haut de sa tête :

— Hé, dites-donc là-bas, vos autres ! L’spectaque est po to l’monde !

Gaudot, toujours froid, même dans l’ironie, balança un instant le chef, affûtant sa riposte, puis, narquois, très calme, dégoisa :

— Dé quoi, un spectaque ? C’est i que vot’ café est à c’t’ heure une baraque et que le mossieu qué v’là en est comme qui dirait l’paillasse ?

Ginginet, sans s’échauffer, se tourna poliment vers lui, avec l’immuable sourire qu’il avait pour ses contempteurs, et répartit :

— Faites-en autant que moi, et je consens volontiers à vous appeler paillasse à mon tour.

Clarinette appuya le défi d’un éclat de rire bruyant, et tournée rageusement vers Gaudot, avec un geste de provocation, lui cria presque sous le nez :