Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec un respect vague de ce mari cornifié en lequel, brusquement, il rencontrait un gars puissant, d’une largeur d’épaules inquiétante et d’une franche mine martiale. Le drille, toutefois, n’était pas d’une nature à demeurer longtemps sous le coup de cette impression : il retrouva tout l’aplomb qui lui était familier quand l’autre, ce grand benêt naïf, si bonnement confiant en sa moitié, lui eut dit avec une rondeur candide :

— Vô v’là, m’sieu Ginginet ? Paraît qu’vos avez eu d’la politesse pou’ not’ Clarinette. C’est ben gentil. À vot’ santé !

Ils trinquèrent en camarades. Puis Nénest, prenant son ton d’épateur, déclara qu’il crevait de faim et qu’un filet à la Chateaubriand, un quart de poularde, une sole normande, ou quelque autre menu congru lui délecterait la cavité gastrique. Interloqué par la sonorité des vocables, Huriaux détendait les pupilles, regardait Clarinette non moins ahurie que lui, interrogeait des yeux les tables voisines. Finalement Clarinette, rompant le silence où ronflait encore l’évocation du mirifique balthazar, déclara qu’au village on ne connaissait pas toutes ces fristouilles, mais que peut-être bien le boucher avait gardé à son étal une couple de côtelettes dont il pourrait se larder le râtelier.

Il eut une mine de piffre déçu dans un rêve de belle mangeaille : cependant il acquiesça, après avoir ergoté sur la barbarie des populations de l’endroit ; et pendant que très affairée, toute fière d’un amant qui se nourrissait si royalement, elle faisait griller le beurre dans la poêle, il s’amusa à les étourdir de ses gasconnades. Rien qu’en une tournée il avait bâclé pour six mille francs d’affaires ; dans deux ans il lâcherait les voyages, s’établirait pour son propre compte. Dégotée du coup, la concurrence ! Et il leur jetait cette poudre aux yeux, avec le dédain de leur salaire misérable, renversé sur sa chaise, les mains dans les poches, feignant de s’adresser uniquement à Huriaux, mais baguenaudant pour la galerie.

Puis Clarinette mit un napperon, dressa le couvert, apporta les côtelettes fumantes ; et, la serviette au cou, ses bagues chatoyant dans le va-et-vient de ses mains découpant la viande, il réclama du vin. Elle avait eu heureusement l’idée d’en acheter quelques bouteilles en prévision de son arrivée. Il en fit déboucher deux d’une