Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


monde ayant fouillé dans sa maternité toute vive, Rinette alors avait poussé le grand cri qui avait bouleversé la Flipine : et presque en même temps les eaux s’étaient rompues.

Carrée dans la cahière, près du feu, l’accoucheuse ensuite s’était mise à tricoter, les pieds à l’aise dans des chausses en lisière qu’elle avait retirées de son cabas. Clarinette se trimballait d’un meuble à l’autre, sa jupe tombée, en chemise, avec le battement de ses flancs qui se gonflaient dans les épreintes. Chaque fois qu’elle faisait mine de s’arrêter, la matrone la relançait.

— Hue ! m’chère ! Pousse, j’te dis ! criait-elle en faisant elle-même le mouvement.

Et très rouge, demi-grisée par les rasades d’eau-de-vie qu’elle buvait à même la bouteille, depuis le retour de la voisine, la patiente s’enflait les veines du cou dans un effort toujours recommencé.

Vers les cinq heures, la sage-femme la prit sous les aisselles, la haussa dans le lit, ses manches retroussées jusqu’au coude, tandis que Zébédé avançait vers le poêle une chaise sur laquelle étaient rangés les langes. Il y eut alors dans la chambre vidée de ses flâneries de femmes, une minute de grand silence, pendant lequel s’entendirent seulement le tic-tac du pendule et les vagissements affaiblis de Clarinette. Brusquement ses reins ondulèrent dans une crispation violente et une petite chair verte roula, sanglante, avec un cri, aux mains de la Touchard qui l’emporta vers une cuvette. Huriaux, qu’on était allé enfin avertir, sur le conseil de la sage-femme, accourait pendant ce temps, grimpant à coups de jarrets la côte, hors d’haleine, étourdi par la nouvelle non moins que par la rapidité de la course. Il fonça la porte au moment où Mme Touchard achevait d’épingler le poupon et vit dans la clarté de la lampe comme un petit mufle de singe qui piaillait :

— C’est-y ça ? fit-il simplement.

— Chut, fit Zébédé en lui montrant Clarinette reposée, toute pâle dans ses draps. L’ pauv’ cher cœur ! E’ dort à c’t’heure !

Il s’avança sur la pointe de ses gros souliers, tout à coup gêné comme s’il n’était pas chez lui, se courba dessus le maillot où la petite bouche du nouveau-né se tordait pour têter, et la face fendue d’un large rire, lui mangea d’un bécot le front et les cheveux.