Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chez Huriaux, la chambre était sens dessus dessous. Rinette dans une rage, avait jeté à terre les couvertures et les coussins et se roulait en hurlant, de grosses larmes aux joues.

Deux femmes du voisinage, venues pour s’offrir en cas de besoin, la regardaient se tordre, assises près du feu et causant avec Zébédé de leurs couches, tranquillement : l’une avait eu son gars dans les champs, comme elle brouettait à la maison deux sacs de pommes de terre, après la récolte. Elle avait en hâte défait son tablier, s’était acculée à un chêne, et d’une poussée de ses reins contre l’arbre, le petiot avait rebondi sur le sol. Puis, enveloppé dans le tablier rouge de sang, elle l’avait calé sur la brouette, entre les sacs, et l’avait voituré jusqu’au logis.

Flipine entra au moment où la femme finissait son histoire ; le tablier plein de sang lui fit ouvrir tout larges les yeux, elle annonça précipitamment que Mme Touchard allait venir, et presque aussitôt battit en retraite, talonnée par ce mal qui la reprenait toujours.

L’accès passé. Clarinette s’était ramassée, tenant à deux mains sa jupe défaite, dans une demi-nudité de sa gorge visible par l’ouverture de la chemise. Ouf ! c’était fini ; mais elle avait bien cru claquer. Elle demanda à boire, le gosier pelé a force d’avoir bramé. On avait fait acheter deux heures auparavant un litre d’eau-de-vie au village ; elle en avait déjà bu la moitié et les deux femmes avaient achevé le reste. Alors une des voisines, la plus ingambe, car l’autre souffrait d’un rhumatisme, alla prendre la bouteille sur l’armoire. Et comme elle ouvrait la porte pour courir au prochain débit, on vit une robe qui tournait l’angle de la maison : c’était Flipine qui rôdait par là, écoutant à travers le mur ce qui se disait dans la chambre. Brusquement les gémissements de Clarinette recommencèrent ; tantôt sautant sur une jambe puis sur l’autre, tantôt s’aplatissant de son long en travers du châlit, elle roulait de chaise en chaise, comprimant son ventre qui bondissait sous ses mains.

Au plus fort de la crise, une voix rude cria de la rue :

— Mé v’la !

Et l’instant après, quelqu’un secoua ses sabots sur le seuil.

— C’est mame Touchard, fit Zébédé qui était allée voir.

La matrone jeta à la ronde un « bonjour la compagnie », dégrafa