Page:Lemonnier - Happe-chair, 1908.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


présent la tête, parmi toute cette gloire de la femme bien habillée ; elle n’avait plus peur ; familiarisée avec l’éclairage, la chaleur et le bruit du magasin, elle allait d’un comptoir à l’autre, caressant les soies, soupesant les passementeries, rebroussant le poil des fourrures, avec une colère contre les bourgeoises huppées pour qui tout ce luxe n’était jamais trop cher.

À mesure qu’elle passait, des commis, pareils à des automates poussés par un ressort, apparaissaient au bord de leurs rayons, sortant tout à coup de derrière des monceaux de pièces d’étoffes, avec leur tête pommadée, leurs cols de chemises échancrés bas, leurs sourires cauteleux de filles appelant les passants. Tous lui faisaient des offres, devinant chez cette petite femme grosse le travail sourd du désir ; et elle s’attardait, gênée, ne sachant comment les remercier et, devant leur politesse obséquieuse, se prenant à repenser à ce M. Ginginet qui lui avait semblé l’idéal du monsieur des villes. Comme elle se rapprochait d’un rayon de lingerie, près duquel un groupe d’hommes, le dos tourné, causait à demi-voix, ses yeux se fixèrent sur un déballage de jupes et de matinées en percale, tout un entassement blanc qui montait par piles. L’une et l’autre alors se mirent à brasser dans la masse, chacune à un bout. Clarinette achevait un choix quand une haleine lui coula dans la nuque, et quelqu’un l’interpella par son nom :

— Madame Huriaux, je crois ?

Elle se retourna avec la surprise d’être reconnue. Près d’elle, saluant, la bouche ouverte dans sa barbe de soie, le voyageur de Malchair, toujours cérémonieux, bombait le dos.

Comme ça se trouvait ! Justement elle venait de songer à lui, à propos de quelqu’un qui lui ressemblait là-bas ; et du doigt elle montra au hasard un employé au fond du magasin. Lui, posait sur elle ses yeux en coulisse, avec une grimace aimable, son sourire de joli homme. Il était là avec ces messieurs ; il l’avait reconnue à ses frisures sur le front et il venait lui offrir les services de son expérience si elle voulait acheter. En même temps il éboulait d’un revers de main les marchandises empilées, jetant au commis de rayon qui arrivait, le crayon derrière l’oreille, ces mots :