Page:Lemonnier - Félicien Rops, l’homme et l’artiste.djvu/292

Cette page a été validée par deux contributeurs.


beaux abricots mûrs, pour en emplir une bourriche. Merveilleusement le soir clair nous enveloppa. Il passa lui-même le licol au cheval et nous ramena à la gare où il était venu nous prendre au matin. Paris ! cria l’employé. Le train arriva, grondant et patinant sur les rails. Nous nous embrassâmes, et tandis que la vapeur m’emportait, un pressentiment, à travers l’impression de la joie, de la paix et de l’été, ne s’en allait pas tout à fait.

Félicien Rops, l’homme et l’artiste 124.png