Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


Le bon mou qu’on allait manger
Cuisait avec un bruit léger ;
Fallait-il donc se déranger !

Mais, ô revers inévitables !
Des héritiers peu charitables
Ont proscrit les chats de leurs tables ;

Les voilà bohèmes : souvent,
Par les nuits de neige et de vent,
Ils grelottent sous un auvent ;

Ombres étiques et funèbres,
Ils profilent dans les ténèbres
Leurs dos échancrés de vertèbres ;

Et quand ils voient passer en bas
De bonnes femmes à cabas
Qui trottent menu d’un air las,

Le bon goût des crèmes sucrées
Où trempaient les croûtes dorées,
Revient à leurs lèvres sevrées,

Et les vieux chats, d’un air dolent,
Hantés par un cruel relent,
Font le gros dos en miaulant.