Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


Elle est svelte comme un bouleau,
Ses yeux sont clairs comme une source ;
Mais, pour l’avoir, ô jouvenceau !
Il te faudra de l’or en bourse !

Le toucheron, ses bœufs rentrés,
Gagne son grabat, dans l’étable,
Et, par les carreaux éclairés,
Il voit la maisonnée à table.

Lui, ce soir, il ne dîne pas ;
Mais, là-haut, couché de bonne heure,
Seul et malheureux, sous ses draps
Il cache son visage — et pleure...

Hélas ! hélas ! mon pauvre enfant,
L’amour est une grande peine
Qui passe comme un coup de vent
De force à renverser un chêne !


(Les Villageoises)





LE DRAPEAU




Les connais-tu, les trois couleurs,
Les trois couleurs de France ?
Celles qui font rêver les cœurs
        De gloire et d’espérance :
Bleu céleste, couleur du jour,
Rouge de sang, couleur d’amour,
        Blanc, franchise et vaillance !