Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





VICTOR MARGUERITTE


1865




Victor Marguerite est le plus jeune fils du glorieux général qui fut tué pendant la guerre de 1870.

Frère d’un romancier déjà célèbre, neveu du poète Stéphane Mallarmé, Victor Margueritte fit preuve d’une grande précocité en publiant, à dix-sept ans, un recueil de vers, Brins de Lilas (1883), et, l’année suivante, La Chanson de la Mer, toutes poésies où la perfection de la forme et la science du rythme s’allient à l’élévation des pensées et au charme des expressions.

Voulant suivre la carrière de son père, Victor Margueritte s’est engagé dans un régiment de spahis, en Algérie, mais nous espérons qu’il restera fidèle à l’art dont il s’est montré si jeune un sincère adepte.

Ses vers ont été imprimés par Paul Schmidt.

Rodolphe Darzens.





SOLEIL MORT DANS LA BRUME


I




Aux étés flamboyants sous des clartés brûlantes,
Quand le soleil s’abîme à l’horizon vermeil,
Il meurt dans un lit d’or, draps de pourpres sanglantes,
Voiles riches du soir qui traîne le sommeil !