Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PIERRE DE NOLHAC


1859




Pierre de Nolhac, né à Ambert (Puy-de-Dôme), s’est fait tout jeune encore une situation importante dans le monde philologique. La Renaissance est son domaine, de Plutarque à Ronsard, Ses principaux ouvrages sont : La Bibliothèque de Fulvio Orsini (1887) et Érasme en Italie (1888). Ancien membre de l’École de Rome, il est aujourd’hui professeur à l’École des Hautes Études, et appartient, en outre, aux Musées Nationaux.

Esprit large et prompt, travailleur infatigable, Pierre de Nolhac n’a jamais délaissé la poésie, qui fut sa première et sa plus chère occupation. Peu soucieux de la publicité, il n’a encore fait imprimer de vers que ses Paysages d’Auvergne (Lemerre, 1888), petit livre destiné aux seuls amis. Dans ce recueil, comme en quelques pièces qu’il a données à différentes Revues, on trouve une connaissance délicate de la langue, une belle ampleur de rythme, et, sous une forme artistique sévère, un sentiment philosophique et religieux de la destinée.

Frédéric Plessis.





LE VIEUX CRATÈRE




Voici douze mille ans que le volcan s’est tu :
Depuis que les grands monts, témoins de sa colère,
Dorment autour de lui dans leur paix séculaire,
D’un manteau verdoyant son flanc s’est revêtu.