Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





VICTOR D’AURIAC


1858




Victor-Eugène d’Auriac est né à NeuilIy-sur-Seine, le 30 juin 1858. Après avoir été successivement élève des lycées de Versailles et Henri IV, à Paris, il entra en même temps à l’École des Chartes et à la Bibliothèque Nationale, où il est actuellement sous-bibliothécaire. Le 6 avril 1888, il a été détaché au Ministère de l’Instruction publique en qualité de Secrétaire particulier du Ministre.

Ce fut à la suite de sérieuses études faites sur le Moyen-Âge et la Renaissance que Victor d’Auriac prit le goût d’une poésie raffinée et pleine de préciosités de style. Il semble, en effet, qu’elle soit sœur de cette architecture mixte où l’ogive sévèrement gothique se marie à la richesse des dentelures italiennes. Poète à la fois mièvre et précis, il aime à remplir du subtil parfum de l’idée l’impeccable forme d’un sonnet, ainsi qu’on verse en une buire vénitienne de clair cristal multicolore l’essence pénétrante des roses d’Orient. C’est aussi un parfait diseur des choses de l’amour, qui fixe merveilleusement en de courts poèmes le charme indécis des aveux.

Victor d’Auriac a publié, chez Alphonse Lemerre, deux volumes de vers : Pâques-fleuries (1883) et Renaissance (1887). Il a collaboré à de nombreuses Revues poétiques, et il est un des Secrétaires de la Cigale.

Rodolphe Darzens.