Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
180
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


L’esprit même naquit des brutales entrailles,
Et la rivalité du repas incertain
Fait surgir l’avenir en de sombres batailles.


(Un Mystérieux Amour)





LA VOIX DES MORTS




Morts qui dormez, couchés dans nos blancs cimetières.
Parfois, en relisant tous vos noms oubliés,
Je songe que nos cœurs à vos froides poussières
Par des fils infinis et puissants sont liés.

Muets, vous dirigez nos volontés altières,
Par vos désirs éteints nos désirs sont pliés,
Vos âmes dans nos seins revivent tout entières,
En nous vos longs espoirs vibrent, multipliés.

Bien que nous franchissions une sphère plus haute,
Vos antiques erreurs nous induisent en faute,
Nous aveuglant encor malgré tous nos flambeaux.

Car le passé de l’homme en son présent subsiste,
Et la profonde voix qui monte des tombeaux
Dicte un ordre implacable, auquel nul ne résiste.


(Un Mystérieux Amour)