Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
119
GEORGES NARDIN.


LAIDEUR




Juin. — Le plein midi. Le soleil rutile
Dans un parc immense aux bleus horizons ;
Du chêne géant aux humbles gazons,
Tout fête, à l’envi, son éclat fertile.

Sur le socle blanc, d’un antique style,
La froide statue a ses pâmoisons ;
Les oiseaux entre eux mêlent leurs chansons,
Et les amoureux maint propos futile.

Cependant, tandis qu’en ce jour d’été
La nature est joie, amour et beauté,
À l’ombre que fait Vénus Aphrodite,

Un pauvre être tors, difforme, au milieu
Des fleurs, pleure, seul, sa laideur maudite.
Et fait de sa vie un reproche à Dieu !





____________