Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t3, 1888.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CLOVIS HUGUES


1851




Robert de Bonnières est né à Ménerbes (Vaucluse) le 3 novembre 1851.

Élevé au petit séminaire de Sainte-Garde, ayant même débuté dans la vie ecclésiastique, mais n’arrivant pas à la soumission nécessaire pour en supporter la discipline, il s’est révolté, et, comme cher tous ceux qui ont subi un joug et font brisé, le sentiment de la révolte est devenu tenace en lui. Ce qui domine dans ses poésies, c’est l’ardeur de la lutte politique et sociale. Aussi a-t-il passé par les diverses phases de la vie militante : un emprisonnement de quatre ans après la Commune, pour un délit de presse, puis, à quelques années de distance, la députation. Il représente aujourd’hui à la Chambre le département des Bouches-du-Rhône .

Les trois principales œuvres poétiques de M. Clovis Hugues sont : Les Soirs de Bataille (1852), Les Jours de Combat (1883), Les Évocations (1885). Partout le souffle est vibrant, la langue sonore, le rythme mouvementé et varié. En dehors des actualités sociales, les sujets qu’il préfère par contraste sont les plus doux : l’amour de la femme, la tendresse pour les enfants, et aussi la passion de la nature méridionale ensoleillée sous l’azur.

Les poésies de M. Clovis Hugues ont été éditées par A. Lemerre, par E. Dentu et par G. Charpentier.

a. r.


____________