Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/369

Cette page a été validée par deux contributeurs.
343
VICTOR DE LAPRADE.


Ainsi, quand Dieu me reprendra,
Tu sais, dans notre humble héritage,
Tu sais le lot qui t’écherra
Et qui te revient sans partage.

Nos chers petits seront heureux,
Mais il faut qu’en toi je renaisse.
Veiller, lutter, souffrir pour eux…
Voilà, mon fils, ton droit d’aînesse !


Janvier 1875.


______



PSYCHÉ




Le matin rougissant, dans sa fraîcheur première,
Change les pleurs de l’aube en gouttes de lumière,
Et la forêt joyeuse, au bruit des flots chanteurs,
Exhale, à son réveil, ses humides senteurs.
La terre est vierge encor, mais déjà dévoilée,
Et sourit au soleil sous la brume envolée.

Entre les fleurs, Psyché, dormant au bord de l’eau,
S’anime, ouvre les yeux à ce monde nouveau ;
Et, baigné des vapeurs d’un sommeil qui s’achève,
Son regard luit pourtant comme après un doux rêve.
La terre avec amour porte la blonde enfant ;
Des rameaux, par la brise agités doucement,
Le murmure et l’odeur s’épanchent sur sa couche ;
Le jour pose, en naissant, un rayon sur sa bouche.
D’une main supportant son corps demi-penché,
Rejetant de son front ses longs cheveux, Psyché