Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/355

Cette page a été validée par deux contributeurs.
329
AUGUSTE DE CHÂTILLON.

Dans la cuisine on voit briller
Toujours un tronc d’arbre au foyer ;
        Flamme éternelle
Où rôtissent, en chapelets,
Oisons, canards, dindons, poulets,
        Au tournebroche ;
Et puis le soleil, jaune d’or,
Sur les casseroles encor
        Darde et s’accroche.

Tout se fricasse, tout bruit…
Et l’on chante là, jour et nuit ;
        C’est toujours fête !
Quand sous ce toit hospitalier
On demande à notre hôtelier
        Si tout s’apprête…
Il nous répond avec raison :
« On n’a jamais dans ma maison
        Fait une plainte !
On est servi comme il convient,
Et rien n’est meilleur, on sait bien,
        Qu’à la Grand’Pinte ! »

Je salue et monte. Je vois
Un couvert comme pour des rois !
        La nappe est mise ;
J’attends mes amis. — Au lointain
Tout est gelé sur le chemin,
        La plaine est grise.
Pour mieux voir, j’ouvre les rideaux.
Le givre étend sur les carreaux
        Un tain de glace ;