Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/345

Cette page a été validée par deux contributeurs.
319
ALFRED DE MUSSET.


Dès qu’il redescend en lui-même,
Il t’y trouve ; tu vis en lui.
S’il souffre, s’il pleure, s’il aime,
C’est son Dieu qui le veut ainsi.

De la plus noble intelligence
La plus sublime ambition
Est de prouver ton existence,
Et de faire épeler ton nom.

De quelque façon qu’on t’appelle,
Brahma, Jupiter ou Jésus,
Vérité, Justice éternelle,
Vers toi tous les bras sont tendus.

Le dernier des fils de la terre
Te rend grâce du fond du cœur
Dès qu’il se mêle à sa misère
Une apparence de bonheur.

Le monde entier te glorifie,
L’oiseau te chante sur son nid,
Et pour une goutte de pluie
Des milliers d’êtres t’ont béni.

Tu n’as rien fait qu’on ne l’admire ;
Rien de toi n’est perdu pour nous ;
Tout prie ; et tu ne peux sourire,
Que nous ne tombions à genoux.

Pourquoi donc, ô Maître suprême,
As-tu créé le mal si grand
Que la raison, la vertu même,
S’épouvantent en le voyant ?