Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/330

Cette page a été validée par deux contributeurs.
304
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


LE POÈTE.


Ô Muse ! spectre insatiable,
Ne m’en demande pas si long :
L’homme n’écrit rien sur le sable
À l’heure où passe l’aquilon.
J’ai vu le temps où ma jeunesse
Sur mes lèvres était sans cesse
Prête à chanter comme un oiseau ;
Mais j’ai souffert un dur martyre,
Et le moins que j’en pourrais dire,
Si je l’essayais sur ma lyre,
La briserait comme un roseau.


______



À LA MALIBRAN

STANCES


I




Sans doute il est trop tard pour parler encor d’elle ;
Depuis qu’elle n’est plus, quinze jours sont passés,
Et dans ce pays-ci quinze jours, je le sais,
Font d’une mort récente une vieille nouvelle.
De quelque nom d’ailleurs que le regret s’appelle,
L’homme, par tout pays, en a bien vite assez.