Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/301

Cette page a été validée par deux contributeurs.
277
THÉOPHILE GAUTIER.



LAMENTO

LA CHANSON DU PÊCHEUR




Ma belle amie est morte :
Je pleurerai toujours ;
Sous la tombe elle emporte
Mon âme et mes amours.
Dans le ciel, sans m’attendre,
Elle s’en retourna ;
L’ange qui l’emmena
Ne voulut pas me prendre.
Que mon sort est amer !

Ah ! sans amour, s’en aller sur la mer !


La blanche créature
Est couchée au cercueil.
Comme dans la nature
Tout me paraît en deuil !
La colombe oubliée
Pleure et songe à l’absent ;
Mon âme pleure et sent
Qu’elle est dépareillée.
Que mon sort est amer !

Ah ! sans amour, s’en aller sur la mer !


Sur moi la nuit immense
S’étend comme un linceul ;
Je chante ma romance
Que le ciel entend seul.
Ah ! comme elle était belle