Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/241

Cette page a été validée par deux contributeurs.
217
SAINTE-BEUVE.

Qui mènes le char des vers
            Dans les airs
Par deux sillons de lumière ;

Ô Rime ! qui que tu sois,
            Je reçois
Ton joug ; et, longtemps rebelle
Corrigé, je te promets
            Désormais
Une oreille plus fidèle.

Mais aussi devant mes pas
            Ne fuis pas ;
Quand la Muse me dévore,
Donne, donne par égard
            Un regard
Au poète qui t’implore !

Dans un vers tout défleuri,
            Qu’a flétri
L’aspect d’une règle austère,
Ne laisse point murmurer,
            Soupirer,
La syllabe solitaire.

Sur ma lyre, l’autre fois,
             Dans un bois,
Ma main préludait à peine :
Une colombe descend,
             En passant,
Blanche sur le luth d’ébène.

Mais au lieu d’accords touchants,
             De doux chants,
La colombe gémissante