Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/239

Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
SAINTE-BEUVE.

qu’on se plaît à feuilleter ces pages d’une poésie intime et pénétrante, d’un charme incontestable, même dans ses négligences. Malgré certaines subtilités de style, quelques inversions confuses et des obscurités de pensées, ses œuvres peuvent très bien se lire à côté des œuvres des maîtres. Assurément, dans ses vers, Sainte-Beuve n’est pas absolument à l’aise comme dans sa prose, mais il nous intéresse toujours, surtout par ces notes familières qui nous rappellent si bien le At home des Anglais, et par bon nombre de sonnets très heureux, imitation ou ressouvenir de Lamb, de Bowles, de Cowper ou de Wordsworth, reposantes visions d’intérieur ou scènes tranquilles du foyer britannique.

André Lemoyne.
______



À LA RIME




Rime qui donnes leurs sons
 Aux chansons ;
Rime, l’unique harmonie
Du vers, qui, sans tes accents
            Frémissants,
Serait muet au génie ;

Rime, écho qui prends la voix
            Du hautbois
Ou l’éclat de la trompette,
Dernier adieu d’un ami
            Qu’à demi
L’autre ami de loin répète ;

Rime, tranchant aviron,
            Éperon,
 Qui fends la vague écumante ;