Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.
133
BARTHÉLEMY ET MÉRY.

Va ! les temps sont passés des sublimes extases,
Des harpes de Sion, des saintes paraphrases,
Aujourd’hui tous ces chants expirent sans écho :
Va donc, selon tes vœux, gémir en Palestine,
Et présenter, sans peur, le nom de Lamartine
            Aux électeurs de Jéricho.


______


RÉPONSE DE LAMARTINE




Non ! sous quelque drapeau que le barde se range,
La Muse sert sa gloire et non ses passions ;
Non, je n’ai pas coupé les ailes à cet ange
Pour l’atteler hurlant au char des factions.
Non, je n’ai pas couvert du masque populaire
Son front resplendissant des feux du saint parvis,
Ni, pour fouetter et mordre irritant sa colère,
            Changé ma Muse en Némésis.

D’implacables serpents je ne l’ai point coiffée !
Je ne l’ai pas menée une verge à la main,
Injuriant la gloire avec le luth d’Orphée,
Traîner des noms fameux aux ruisseaux du chemin.
Prostituant ses vers aux haines de la rue,
Je n’ai pas arraché la prêtresse au saint lieu,
À la dérision je ne fai pas vendue,
            Comme Judas vendit son Dieu !

Non, non ! Je l’ai conduite au fond des solitudes
Comme un amant jaloux d’une chaste beauté,