Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/986

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


5 Ne vous souvient-il pas que je vous ai dit ces choses, lorsque j’étais encore avec vous ?

6 Et vous savez bien ce qui empêche qu’il ne vienne, afin qu’il paraisse en son temps.

7 Car le mystère d’iniquité se forme dès à présent ; et il reste seulement, que celui qui tient maintenant, tienne encore, jusqu’à ce qu’il soit ôté du monde.

8 Et alors se découvrira l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il perdra par l’éclat de sa présence :

9 cet impie qui doit venir, accompagné de la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges trompeurs,

10 et avec toutes les illusions qui peuvent porter à l’iniquité ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu et aimé la vérité pour être sauvés.

11 C’est pourquoi Dieu leur enverra des illusions si efficaces, qu’ils croiront au mensonge ;

12 afin que tous ceux qui n’ont point cru la vérité, mais qui ont consenti à l’iniquité, soient condamnés.

13 Quant à nous, mes frères chéris du Seigneur, nous nous sentons obligés de rendre pour vous à Dieu de continuelles actions de grâces, de ce qu’il vous a choisis comme des prémices, pour vous sauver par la sanctification de l’Esprit, et par la foi de la vérité ;

14 vous appelant à cet état par notre Évangile, pour vous faire acquérir la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ.

15 C’est pourquoi, mes frères, demeurez fermes, et conservez les traditions que vous avez apprises, soit par nos paroles, soit par notre lettre.

16 Que notre Seigneur Jésus-Christ, et Dieu, notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une si heureuse espérance,

17 console lui-même vos cœurs, et vous affermisse dans toutes sortes de bonnes œuvres, et dans la bonne doctrine !



AU reste, mes frères, priez pour nous, afin que la parole de Dieu se répande de plus en plus, et qu’elle soit honorée partout comme elle l’est parmi vous ;

2 et afin que nous soyons délivrés des hommes intraitables et méchants ; car la foi n’est pas commune à tous.

3 Mais Dieu est fidèle, et il vous affermira, et vous préservera du malin esprit.

4 Pour ce qui vous regarde, nous avons cette confiance en la bonté du Seigneur, que vous accomplissez, et que vous accomplirez à l’avenir, ce que nous vous ordonnons.

5 Que le Seigneur vous donne un cœur droit, dans l’amour de Dieu et dans la patience de Jésus-Christ !

6 Nous vous ordonnons, mes frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous retirer de tous ceux d’entre vos frères qui se conduisent d’une manière déréglée, et non selon la tradition et la forme de vie qu’ils ont reçue de nous.

7 Car vous savez vous-mêmes ce qu’il faut faire pour nous imiter, puisqu’il n’y a rien eu de déréglé dans la manière dont nous avons vécu parmi vous.

8 Et nous n’avons mangé gratuitement le pain de personne ; mais nous avons travaillé jour et nuit avec peine et avec fatigue, pour n’être à charge à aucun de vous.

9 Ce n’est pas que nous n’en eussions le pouvoir ; mais c’est que nous avons voulu nous donner nous-mêmes pour modèle, afin que vous nous imitassiez.

10 Aussi lorsque nous étions avec vous, nous vous déclarions, que celui qui ne veut point travailler, ne doit point manger.

11 Car nous apprenons qu’il y en a parmi vous qui se conduisent d’une manière déréglée, qui ne travaillent point, et qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas.

12 Or nous ordonnons à ces personnes, et nous les conjurons par notre Seigneur Jésus-Christ, de manger leur pain en travaillant en silence.

13 Et pour vous, mes frères, ne vous lassez point de faire du bien.

14 Si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous ordonnons par notre lettre, notez-le, et n’ayez point de commerce avec lui, afin qu’il en ait de la confusion et de la honte.

15 Ne le considérez pas néanmoins comme un ennemi, mais reprenez-le comme votre frère.

16 Que le Seigneur de paix vous donne sa paix en tout temps et en tout lieu ! Que le Seigneur soit avec vous tous !

17 Je vous salue ici de ma propre main, moi, Paul. C’est là mon seing dans toutes mes lettres ; j’écris ainsi.

18 La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous ! Amen !