Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/982

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PREMIÈRE ÉPITRE DE SAINT PAUL


AUX


THESSALONICIENS.
_______




PAUL, Silvain, et Timothée : à l’Église de Thessalonique, qui est en Dieu le Père, et en Jésus-Christ notre Seigneur. Que la grâce et la paix vous soient données !

2 Nous rendons sans cesse grâces à Dieu pour vous tous, nous souvenant continuellement de vous dans nos prières ;

3 et nous représentant devant Dieu, qui est notre Père, les œuvres de votre foi, les travaux de votre charité, et la fermeté de l’espérance que vous avez en notre Seigneur Jésus-Christ.

4 Car nous savons, mes frères chéris de Dieu, quelle a été votre élection ;

5 la prédication que nous vous avons faite de l’Évangile, n’ayant pas été seulement en paroles, mais ayant été accompagnée de miracles, de la vertu du Saint-Esprit, d’une pleine abondance de ses dons. Et vous savez aussi de quelle manière j’ai agi parmi vous pour votre salut.

6 Ainsi vous êtes devenus nos imitateurs, et les imitateurs du Seigneur, ayant reçu la parole parmi de grandes afflictions avec la joie du Saint-Esprit ;

7 de sorte que vous avez servi de modèle à tous ceux qui ont embrassé la foi dans la Macédoine et dans l’Achaïe.

8 Car non-seulement vous êtes cause que la parole du Seigneur s’est répandue avec éclat dans la Macédoine et dans l’Achaïe ; mais même la foi que vous avez en Dieu est devenue si célèbre partout, qu’il n’est point nécessaire que nous en parlions :

9 puisque tout le monde nous raconte à nous-mêmes quel a été le succès de notre arrivée parmi vous, et comme ayant quitté les idoles, vous vous êtes convertis à Dieu, pour servir le Dieu vivant et véritable,

10 et pour attendre du ciel son Fils Jésus, qu’il a ressuscité d’entre les morts, et qui nous a délivrés de la colère à venir.



CAR vous savez vous-mêmes, mes frères, que notre arrivée vers vous n’a pas été vaine et sans fruit ;

2 mais après avoir beaucoup souffert auparavant, comme vous savez, et avoir été traités avec outrage dans Philippes, nous ne laissâmes pas, en nous confiant en notre Dieu, de vous prêcher hardiment l’Évangile de Dieu, parmi beaucoup de peines et de combats.

3 Car nous ne vous avons point prêché une doctrine d’erreur ou d’impureté ; et nous n’avons point eu dessein de vous tromper.

4 Mais comme Dieu nous a choisis pour nous confier son Évangile, nous parlons aussi, non pour plaire aux hommes, mais à Dieu, qui voit le fond de nos cœurs.

5 Car nous n’avons usé d’aucune parole de flatterie, comme vous le savez ; et notre ministère n’a point servi de prétexte à notre avarice, Dieu en est témoin ;

6 et nous n’avons point non plus recherché aucune gloire de la part des hommes, ni de vous, ni d’aucun autre ;

7 quoique nous eussions pu, comme apôtres de Jésus-Christ, vous charger de notre subsistance ; mais nous nous sommes conduits parmi vous avec une douceur d’enfant, comme une nourrice qui a soin de ses enfants.

8 Ainsi dans l’affection que nous ressentions pour vous, nous aurions souhaité de vous donner, non-seulement la connaissance de l’Évangile de Dieu, mais aussi notre propre vie, tant était grand l’amour que nous vous portions.

9 Car vous n’avez pas oublié, mes frères, quelle peine et quelle fatigue nous avons soufferte, et comme nous vous avons prêché l’Évangile de Dieu en travaillant jour et nuit, pour n’être à charge à aucun de vous.

10 Vous êtes témoins vous-mêmes, et Dieu l’est aussi, combien la manière dont je me suis conduit envers vous qui avez