Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/974

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



17 Ne soyez donc pas indiscrets, mais sachez discerner quelle est la volonté du Seigneur.

18 Et ne vous laissez point aller aux excès du vin, d’où naissent les dissolutions ; mais remplissez-vous du Saint-Esprit ;

19 vous entretenant de psaumes, d’hymnes et de cantiques spirituels, chantant et psalmodiant du fond de vos cœurs à la gloire du Seigneur ;

20 rendant grâces en tout temps et pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ ;

21 et vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Jésus-Christ.

22 Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ;

23 parce que le mari est le chef de la femme, comme Jésus-Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, dont il est aussi le Sauveur.

24 Comme donc l’Église est soumise à Jésus-Christ, les femmes doivent aussi être soumises en tout à leurs maris.

25 Et vous, maris, aimez vos femmes, comme Jésus-Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même à la mort pour elle ;

26 afin de la sanctifier, après l’avoir purifiée dans le baptême de l’eau par la parole de vie ;

27 pour la faire paraître devant lui pleine de gloire, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable ; mais étant sainte et irrépréhensible.

28 Ainsi les maris doivent aimer leurs femmes comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme, s’aime soi-même.

29 Car nul ne hait sa propre chair ; mais il la nourrit et l’entretient, comme Jésus-Christ fait à l’égard de l’Église ;

30 parce que nous sommes les membres de son corps, formés de sa chair et de ses os.

31 C’est pourquoi l’homme abandonnera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et de deux qu’ils étaient ils deviendront une même chair.

32 Ce sacrement est grand, dis-je, en Jésus-Christ et en l’Église.

33 Que chacun de vous aime donc aussi sa femme comme lui-même, et que la femme craigne et respecte son mari.



VOUS, enfants, obéissez à vos pères et à vos mères, en ce qui est selon le Seigneur : car cela est juste.

2 Honorez votre père et votre mère (c’est le premier des commandements auquel Dieu ait promis une récompense) ;

3 honorez-les, afin que vous soyez heureux, et que vous viviez longtemps sur la terre.

4 Et vous, pères, n’irritez point vos enfants ; mais ayez soin de les bien élever en les encourageant et les instruisant selon le Seigneur.

5 Vous, serviteurs, obéissez à ceux qui sont vos maîtres selon la chair, avec crainte et avec respect, dans la simplicité de votre cœur, comme à Jésus-Christ même.

6 Ne les servez pas seulement lorsqu’ils ont l’œil sur vous, comme si vous ne pensiez qu’à plaire aux hommes ; mais faites de bon cœur la volonté de Dieu, comme étant serviteurs de Jésus-Christ.

7 Et servez-les avec affection, regardant en eux le Seigneur, et non les hommes ;

8 sachant que chacun recevra du Seigneur la récompense du bien qu’il aura fait, soit qu’il soit esclave, ou qu’il soit libre.

9 Et vous, maîtres, témoignez de même de l’affection à vos serviteurs, ne les traitant point avec rudesse et avec menaces, sachant que vous avez les uns et les autres un maître commun dans le ciel, qui n’aura point d’égard à la condition des personnes.

10 Enfin, mes frères, fortifiez-vous dans le Seigneur, et en sa vertu toute-puissante.

11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, pour pouvoir vous défendre des embûches et des artifices du diable.

12 Car nous avons à combattre, non contre des hommes de chair et de sang, mais contre les principautés et les puissances, contre les princes du monde, c’est-à-dire, de ce siècle ténébreux, contre les esprits de malice répandus dans l’air.

13 C’est pourquoi prenez toutes les armes de Dieu, afin qu’étant munis de tout, vous puissiez au jour mauvais résister et demeurer fermes.

14 Soyez donc fermes : que la vérité soit la ceinture de vos reins, que la justice soit votre cuirasse ;

15 que vos pieds aient pour chaussure la préparation à suivre l’Évangile de paix.

16 Servez-vous surtout du bouclier de la foi, pour pouvoir éteindre tous les traits enflammés du malin esprit.

17 Prenez encore le casque du salut, et l’épée spirituelle qui est la parole de Dieu ;

18 invoquant Dieu en esprit et en tout temps, par toute sorte de supplications et de prières, et vous employant avec une vigilance et une persévérance continuelle a prier pour tous les saints ;

19 et pour moi aussi : afin que Dieu, m’ouvrant la bouche, me donne des paroles pour annoncer librement le mystère de l’Évangile,

20 dont j’exerce la légation et l’ambassade, même dans les chaînes ; et que j’en parle avec la liberté et la hardiesse que je dois.

21 Quant à ce qui regarde l’état où je suis, et ce que je fais, Tychique, notre