Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/961

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



11 Considérez combien cette tristesse selon Dieu, que vous avez ressentie, a produit en vous non-seulement de soin et de vigilance, mais de satisfaction envers nous, d’indignation contre cet incestueux, de crainte de la colère de Dieu, de désir de nous revoir, de zèle pour nous défendre, d’ardeur à venger ce crime. Vous avez fait voir par toute votre conduite, que vous étiez purs et irréprochables dans cette affaire.

12 Aussi lorsque nous vous avons écrit, ce n’a été ni à cause de celui qui avait fait l’injure, ni à cause de celui qui l’avait soufferte, mais pour vous faire connaître le soin que nous avons de vous devant Dieu.

13 C’est pourquoi ce que vous avez fait pour nous consoler, nous a en effet consolés ; et notre joie s’est encore beaucoup augmentée par celle de Tite, voyant que vous avez tous contribué au repos de son esprit ;

14 et que si je me suis loué de vous en lui parlant, je n’ai point eu sujet d’en rougir ; mais qu’ainsi que nous ne vous avions rien dit que dans la vérité, aussi le témoignage avantageux que nous avions rendu de vous à Tite, s’est trouvé conforme à la vérité.

15 C’est pourquoi il ressent dans ses entrailles un redoublement d’affection envers vous, lorsqu’il se souvient de l’obéissance que vous lui avez tous rendue, et comment vous l’avez reçu avec crainte et tremblement.

16 Je me réjouis donc de ce que je puis me promettre tout de vous.



MAIS il faut, mes frères, que je vous fasse savoir la grâce que Dieu a faite aux Églises de Macédoine :

2 c’est que leur joie est d’autant plus redoublée, qu’ils ont été éprouvés par de plus grandes afflictions ; et que leur profonde pauvreté a répandu avec abondance les richesses de leur charité sincère.

3 Car il est vrai, et il faut que je leur rende ce témoignage, qu’ils se sont portés d’eux-mêmes à donner autant qu’ils pouvaient, et même au delà de ce qu’ils pouvaient ;

4 nous conjurant avec beaucoup de prières de recevoir l’aumône qu’ils offraient pour prendre part à l’assistance destinée aux saints.

5 Et ils n’ont pas fait seulement en cela ce que nous avions espéré d’eux ; mais ils se sont donnés eux-mêmes premièrement au Seigneur, et puis à nous, par la volonté de Dieu.

6 C’est ce qui nous a portés à supplier Tite, que comme il a déjà commencé, il achève aussi de vous rendre parfaits en cette grâce ;

7 et que comme vous êtes riches en toutes choses, en foi, en paroles, en science, en toute sorte de soins, et en l’affection que vous nous portez, vous le soyez aussi en cette sorte de grâce.

8 Ce que je ne vous dis pas néanmoins pour vous imposer une loi, mais seulement pour vous porter, par l’exemple de l’ardeur des autres, à donner des preuves de votre charité sincère.

9 Car vous savez quelle a été la bonté de notre Seigneur Jésus-Christ, qui étant riche s’est rendu pauvre pour l’amour de vous, afin que vous devinssiez riches par sa pauvreté.

10 C’est ici un conseil que je vous donne, parce que cela vous est utile, et que vous n’avez pas seulement commencé les premiers à faire cette charité, mais que vous en avez de vous-mêmes formé le dessein dès l’année passée.

11 Achevez donc maintenant ce que vous avez commencé de faire dès lors ; afin que comme vous avez une si prompte volonté d’assister vos frères, vous les assistiez aussi effectivement de ce que vous avez.

12 Car lorsqu’un homme a une grande volonté de donner, Dieu la reçoit, ne demandant de lui que ce qu’il peut, et non ce qu’il ne peut pas.

13 Ainsi je n’entends pas que les autres soient soulagés, et que vous soyez surchargés ;

14 mais que pour ôter l’inégalité, votre abondance supplée maintenant à leur pauvreté, afin que votre pauvreté soit soulagée un jour par leur abondance, et qu’ainsi tout soit réduit à l’égalité ;

15 selon ce qui est écrit de la manne : Celui qui en recueillit beaucoup, n’en eut pas plus que les autres ; et celui qui en recueillit peu, n’en eut pas moins.

16 Or je rends grâces à Dieu de ce qu’il a donné au cœur de Tite la même sollicitude que j’ai pour vous.

17 Car non-seulement il a bien reçu la prière que je lui ai faite, mais s’y étant porté avec encore plus d’affection par lui-même, il est parti de son propre mouvement pour vous aller voir.

18 Nous avons envoyé aussi avec lui notre frère qui est devenu célèbre par l’Évangile dans toutes les Églises ;

19 et qui de plus a été choisi par les Églises pour nous accompagner dans nos voyages, et prendre part au soin que nous avons de procurer cette assistance à nos frères, pour la gloire du Seigneur, et pour seconder notre bonne volonté.

20 Et notre dessein en cela a été d’éviter que personne ne puisse nous rien reprocher sur cette aumône abondante, dont nous sommes les dispensateurs :

21 car nous tâchons de faire le bien avec tant de circonspection, qu’il soit approuvé non-seulement de Dieu, mais aussi des hommes.

22 Nous avons envoyé encore avec eux