Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/934

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



13 Et n’abandonnez point au péché les membres de votre corps, pour lui servir d’armes d’iniquité ; mais donnez-vous à Dieu, comme devenus vivants de morts que vous étiez, et consacrez-lui les membres de votre corps, pour lui servir d’armes de justice.

14 Car le péché ne vous dominera plus, parce que vous n’êtes plus sous la loi, mais sous la grâce.

15 Quoi donc ! pécherons-nous parce que nous ne sommes plus sous la loi, mais sous la grâce ? Dieu nous en garde !

16 Ne savez-vous pas que de qui que ce soit que vous vous soyez rendus esclaves pour lui obéir, vous demeurez esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché pour y trouver la mort, ou de l’obéissance à la foi pour y trouver la justice ?

17 Mais Dieu soit loué de ce qu’ayant été auparavant esclaves du péché, vous avez obéi du fond du cœur à la doctrine de l’Évangile, sur le modèle de laquelle vous avez été formés.

18 Ainsi ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

19 Je vous parle humainement, à cause de la faiblesse de votre chair. Comme vous avez fait servir les membres de votre corps à l’impureté et à l’injustice, pour commettre l’iniquité, faites-les servir maintenant à la justice, pour votre sanctification.

20 Car lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.

21 Quel fruit tiriez-vous donc alors de ces désordres, dont vous rougissez maintenant ? puisqu’ils n’ont pour fin que la mort.

22 Mais à présent, étant affranchis du péché, et devenus esclaves de Dieu, votre sanctification est le fruit que vous en tirez, et la vie éternelle en sera la fin.

23 Car la mort est la solde et le payement du péché ; mais la vie éternelle est une grâce et un don de Dieu, en Jésus-Christ notre Seigneur.



IGNOREZ-VOUS, mes frères (car je parle à des hommes instruits de la loi), que la loi ne domine sur l’homme que pour autant de temps qu’elle vit ?

2 Ainsi une femme mariée est liée à son mari par la loi du mariage, tant qu’il est vivant ; mais lorsqu’il est mort, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari.

3 Si donc elle épouse un autre homme pendant la vie de son mari, elle sera tenue pour adultère ; mais si son mari vient a mourir, elle est affranchie de cette loi, et elle peut en épouser un autre sans être adultère.

4 Ainsi, mes frères, vous êtes vous-mêmes morts à la loi par le corps de Jésus-Christ, pour être a un autre qui est ressuscité d’entre les morts, afin que nous produisions des fruits pour Dieu.

5 Car lorsque nous étions dans la chair, les passions criminelles étant excitées par la loi, agissaient dans les membres de notre corps, et leur faisaient produire des fruits pour la mort.

6 Mais maintenant nous sommes affranchis de la loi de mort, dans laquelle nous étions retenus ; de sorte que nous servons Dieu dans la nouveauté de l’esprit, et non dans la vieillesse de la lettre.

7 Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Dieu nous garde d’une telle pensée ! Mais je n’ai connu le péché que par la loi ; car je n’aurais point connu la concupiscence, si la loi n’avait dit ; Vous n’aurez point de mauvais désirs.

8 Mais le péché ayant pris occasion de s’irriter du commandement, a produit en moi toutes sortes de mauvais désirs ; car sans la loi le péché était comme mort.

9 Et pour moi, je vivais autrefois sans loi ; mais le commandement étant survenu, le péché est ressuscité,

10 et moi, je suis mort ; et il s’est trouvé que le commandement qui devait servir à me donner la vie, a servi à me donner la mort.

11 Car le péché ayant pris occasion du commandement, m’a trompé, et m’a tué par le commandement même.

12 Ainsi la loi est sainte à la vérité, et le commandement est saint, juste et bon.

13 Ce qui était bon en soi, m’a-t-il donc causé la mort ? Nullement ; mais c’est le péché et la concupiscence, qui en se manifestant m’a causé la mort par une chose qui était bonne ; le péché, c’est-à-dire, la concupiscence, devenant ainsi par le commandement même une source plus abondante de péché.

14 Car nous savons que la loi est spirituelle ; mais pour moi, je suis charnel, étant vendu pour être assujetti au péché.

15 Je n’approuve pas ce que je fais, parce que je ne fais pas le bien que je veux; mais je fais le mal que je hais.

16 Si je fais ce que je ne veux pas, je consens à la loi, et je reconnais qu’elle est bonne.

17 Ainsi ce n’est plus moi qui fais cela ; mais c’est le péché qui habite en moi.

18 Car je sais qu’il n’y a rien de bon en moi, c’est-à-dire, dans ma chair ; parce que je trouve en moi la volonté de faire le bien ; mais je ne trouve point le moyen de l’accomplir.

19 Car je ne fais pas le bien que je veux ; mais je fais le mal que je ne veux pas.

20 Si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais ; mais c’est le péché qui habite en moi.

21 Lors donc que je veux faire le bien, je trouve en moi une loi qui s’y oppose, parce que le mal réside en moi.

22 Car je me plais dans la loi de Dieu selon l’homme intérieur ;