Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/830

Cette page a été validée par deux contributeurs.


25 car une femme dont la fille était possédée d’un esprit impur, ayant entendu dire qu’il était là, vint aussitôt se jeter à ses pieds.

26 Elle était païenne, et Syro-Phénicienne de nation. Et elle le suppliait de chasser le démon du corps de sa fille.

27 Mais Jésus lui dit : Laissez premièrement rassasier les enfants : car il n’est pas bon de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens.

28 Elle lui répondit : Il est vrai, Seigneur ! mais les petits chiens mangent au moins sous la table les miettes du pain des enfants.

29 Alors il lui dit : À cause de cette parole, allez, le démon est sorti de votre fille.

30 Et s’en étant allée en sa maison, elle trouva que le démon était sorti de sa fille, et qu’elle était couchée sur son lit.

31 Jésus quitta ensuite les confins de Tyr, et retourna par Sidon vers la mer de Galilée, passant au milieu du pays de la Décapole.

32 Et quelques-uns lui ayant présenté un homme qui était sourd et muet, le suppliaient de lui imposer les mains.

33 Alors Jésus le tirant de la foule, et le prenant à part, lui mit ses doigts dans les oreilles, et de sa salive sur la langue ;

34 et levant les yeux au ciel, il jeta un soupir, et lui dit : Éphphétha, c’est-à-dire, Ouvrez-vous.

35 Aussitôt ses oreilles furent ouvertes, et sa langue fut déliée, et il parlait fort distinctement.

36 Il leur défendit de le dire à personne : mais plus il le leur défendait, plus ils le publiaient ;

37 et ils disaient dans l’admiration extraordinaire où ils étaient : Il a bien fait toutes choses ; il a fait entendre les sourds, et parler les muets.



EN ce temps-là le peuple s’étant trouvé encore une fois en fort grand nombre auprès de Jésus, et n’ayant point de quoi manger, il appela ses disciples, et leur dit :

2 J’ai compassion de ce peuple ; parce qu’il y a déjà trois jours qu’ils demeurent continuellement avec moi, et ils n’ont rien à manger ;

3 et si je les renvoie en leurs maisons sans avoir mangé, les forces leur manqueront en chemin ; parce que quelques-uns d’eux sont venus de loin.

4 Ses disciples lui répondirent : Comment pourrait-on trouver dans ce désert assez de pain pour les rassasier ?

5 Il leur demanda : Combien avez-vous de pains ? Sept, lui dirent-ils.

6 Alors il commanda au peuple de s’asseoir sur la terre ; il prit les sept pains, et rendant grâces, les rompit, les donna à ses disciples pour les distribuer ; et ils les distribuèrent au peuple.

7 Ils avaient encore quelques petits poissons, qu’il bénit aussi ; et il commanda qu’on les leur distribuât de même.

8 Ils mangèrent donc, et furent rassasiés ; et on remporta sept corbeilles pleines des morceaux qui étaient restés.

9 Or ceux qui mangèrent, étaient environ quatre mille ; et Jésus les renvoya.

10 Aussitôt étant entré dans une barque avec ses disciples, il vint dans le pays de Dalmanutha ;

11 où les pharisiens étant venus le trouver, ils commencèrent à disputer avec lui, et lui demandèrent pour le tenter, qu’il leur fit voir quelque prodige dans le ciel.

12 Mais Jésus jetant un soupir du fond du cœur, dit : Pourquoi ces gens-là demandent-ils un prodige ? Je vous le dis en vérité, il ne sera point donné de prodige à ces gens-là.

13 Et les ayant quittés, il remonta dans la barque, et passa à l’autre bord.

14 Or les disciples avaient oublié de prendre des pains, et ils n’en avaient qu’un seul dans leur barque.

15 Jésus leur donna alors ce précepte ; Ayez soin de vous bien garder du levain des pharisiens, et du levain d’Hérode.

16 Sur quoi ils pensaient et se disaient l’un à l’autre : C’est parce que nous n’avons point pris de pains.

17 Ce que Jésus connaissant, il leur dit : Pourquoi vous entretenez-vous de cette pensée, que vous n’avez point de pains ? N’avez-vous point encore de sens, ni d’intelligence ? et votre cœur est-il encore dans l’aveuglement ?

18 Aurez-vous toujours des yeux sans voir, et des oreilles sans entendre ? et avez-vous perdu la mémoire ?

19 Lorsque je rompis les cinq pains pour cinq mille hommes, combien remportâtes-vous de paniers pleins de morceaux ? Douze, lui dirent-ils.

20 Et lorsque je rompis les sept pains pour quatre mille hommes, combien remportâtes-vous de corbeilles pleines de morceaux ? Sept, lui dirent-ils.

21 Et il ajouta : Comment donc ne comprenez-vous pas encore ce que je vous dis ?

22 Étant arrivés à Bethsaïde, on lui amena un aveugle, qu’on le pria de toucher.

23 Et prenant l’aveugle par la main, il le mena hors du bourg, lui mit de la salive sur les yeux ; et lui ayant imposé les mains, il lui demanda s’il voyait quelque chose.

24 Cet homme regardant, lui dit : Je vois marcher des hommes qui me paraissent comme des arbres.

25 Jésus lui mit encore une fois les mains sur les yeux, et il commença à