Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/741

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



23 Sur quoi il me dit : La quatrième bête est le quatrième royaume qui dominera sur la terre, et il sera plus grand que tous les autres royaumes : il dévorera toute la terre, la foulera aux pieds, et la réduira en poudre.

24 Les dix cornes de ce même royaume sont dix rois qui régneront : il s’en élèvera un autre après eux qui sera plus puissant que ceux qui l’auront devancé ; et il abaissera trois rois.

25 Il parlera insolemment contre le Très-Haut, il foulera aux pieds les saints du Très-Haut, et il s’imaginera qu’il pourra changer les temps et les lois, et ils seront livrés entre ses mains jusqu’à un temps, deux temps, et la moitié d’un temps.

26 Le jugement se tiendra ensuite, afin que la puissance soit ôtée à cet homme, qu’elle soit entièrement détruite, et qu’il périsse pour jamais ;

27 et qu’en même temps le royaume, la puissance et l’étendue de l’empire de tout ce qui est sous le ciel, soit donné au peuple des saints du Très-Haut : car son royaume est un royaume éternel, auquel tous les rois seront assujettis avec une entière soumission.

28 Ce fut là la fin de ce qui me fut dit. Moi, Daniel, je fus fort troublé ensuite dans mes pensées, mon visage en fut tout changé ; et je conservai ces paroles dans mon cœur.



LA troisième année du règne du roi Baltassar, j’eus une vision. Moi, Daniel, après ce que j’avais vu au commencement,

2 je vis dans une vision lorsque j’étais au château de Suse, qui est au pays d’Élam, et il me parut dans cette vision, que j’étais à la porte d’Ulaï.

3 Je levai les yeux, et je vis un bélier qui se tenait devant le marais ; il avait les cornes élevées, et l’une l’était plus que l’autre, et croissait peu à peu.

4 Après cela je vis que ce bélier donnait des coups de corne contre l’Occident, contre l’Aquilon et contre le Midi, et toutes les bêtes ne pouvaient lui résister, ni se délivrer de sa puissance : en sorte qu’il fit tout ce qu’il voulut, et il devint fort puissant.

5 J’étais attentif à ce que je voyais : et en même temps un bouc vint de l’Occident sur la face de toute la terre, sans qu’il touchât néanmoins la terre ; et ce bouc avait une corne fort grande entre les deux yeux.

6 Il vint jusqu’à ce bélier qui avait des cornes, que j’avais vu se tenir devant la porte ; et s’élançant avec une grande impétuosité, il courut à lui de toute sa force.

7 Lorsqu’il fut venu près du bélier, il l’attaqua avec furie, et le perça de coups : il lui rompit les deux cornes, sans que le bélier pût lui résister ; et l’ayant jeté par terre, il le foula aux pieds ; et personne ne put délivrer le bélier de sa puissance.

8 Le bouc ensuite devint extraordinairement grand ; et lorsqu’il eut ainsi pris son accroissement, sa grande corne se rompit, et il se forma au-dessous quatre cornes vers les quatre vents du ciel.

9 Mais de l’une de ces quatre cornes il en sortit une petite, qui s’éleva extrêmement contre le Midi, contre l’Orient, et contre le peuple le plus fort.

10 Elle s’éleva jusque contre l’armée du ciel : elle en fit tomber une partie, c’est-à-dire, une partie des étoiles, et les foula aux pieds.

11 Elle s’éleva même jusque contre le Chef de cette armée ; elle lui ravit son sacrifice perpétuel, et déshonora le lieu de son sanctuaire.

12 La puissance lui fut donnée contre le sacrifice perpétuel à cause des péchés des hommes, et la vérité sera renversée sur la terre : cette corne puissante entreprendra tout, et tout lui réussira.

13 Alors j’entendis un des saints qui parlait, et un saint dit à un autre que je ne connaissais point, et qui lui parlait : Jusques à quand durera cette vision touchant le violement du sacrifice perpétuel, et le péché qui causera cette désolation ? Jusques à quand le sanctuaire et l’armée de Dieu seront-ils foulés aux pieds ?

14 Et il lui dit : Jusqu’à deux mille trois cents jours, soir et matin : et après cela le sanctuaire sera purifié.

15 Moi, Daniel, ayant vu cette vision, j’en cherchais l’intelligence ; alors il se présenta devant moi comme une figure d’homme,

16 et j’entendis la voix d’un homme à la porte d’Ulaï, qui cria et qui dit : Gabriel, faites-lui entendre cette vision.

17 En même temps Gabriel vint, et se tint au lieu où j’étais ; et lorsqu’il fut venu à moi, je tombai le visage contre terre tout tremblant de crainte, et il me dit : Comprenez bien, fils de l’homme, parce que cette vision s’accomplira à la fin en son temps.

18 Et lorsqu’il me parlait encore, je tombai le visage contre terre : alors il me toucha, et m’ayant fait tenir debout,

19 il me dit : Je vous ferai voir ce qui doit arriver dans la suite au jour de la malédiction, parce que le temps de ces visions viendra enfin.

20 Le bélier que vous avez vu, qui avait des cornes, est le roi des Mèdes et des Perses.

21 Le bouc est le roi des Grecs, et la grande corne qu’il avait entre les deux yeux est le premier de leurs rois.

22 Les quatre cornes qui se sont éle-